Annuaire de 1906

Couverture de l'annuaire de
François Chaumeil

François Chaumeil nous a prêté un Annuaire du Cantal pour l’année 1906 retrouvé au cours d’un déménagement. C’est toujours un vrai bonheur de mettre la main sur un tel document. En le parcourant, on se retrouve en 1906. Qui faisait quoi ? Comment était organisée notre société à cette époque ?

Saint-Amandin, canton de Marcenat, arrondissement de Murat

La population de Saint-Amandin

L’annuaire nous apprend tout d’abord que le maire de Saint-Amandin s’appelait Veyssières et le premier adjoint Roux. La population s’élevait à 899 habitants ; 340 électeurs étaient inscrits sur les listes électorales. Le nombre des électeurs semble anormalement élevé.

Il faut rappeler tout d’abord que depuis 1848, sont électeurs tous les français de sexe masculin âgés de plus de 21 ans. Auparavant, de 1830 à 1848, l’âge minimum était de 30 ans et le suffrage était censitaire : seuls les citoyens s’acquittant d’un minimum de 200 francs de contributions directes (cens) pouvaient voter. En ce qui concerne les femmes, il faudra attendre 1944 pour qu’elles obtiennent le droit de vote.

L’Insee nous informe par ailleurs qu’il y a dans le Cantal, 1098 femmes pour 1000 hommes, tout âge confondu. Soit, en théorie, pour Saint-Amandin, 465 femmes pour 424 hommes. Et enfin, les hommes de moins de 20 ans représentent, pour le Cantal 34% de la population, soit 302 personnes. Petit calcul : 899 habitants – 465 femmes = 434 personnes – 302 jeunes = 132 personnes. Il devrait y avoir 132 électeurs. Or, nous en avons 340 électeurs, soit 208 électeurs en trop ? Un petit mystère qui reste à éclaircir.

En 1906, Saint-Amandin appartenait au canton de Marcenat (2.722 habitants à l’époque) et à l’arrondissement de Murat alors qu’aujourd’hui, la commune fait partie du canton de Condat (2.678 habitants en 1906) et de l’arrondissement de Saint-Flour. L’arrondissement de Murat fut créé en 1800 et supprimé en 1926. Les cantons qui le composaient (Allanche, Marcenat et Murat) furent rattachés à l’arrondissement de Saint-Flour. Nous n’avons pas trouvé d’information sur la suppression du canton de Marcenat au profit de Condat-en-Feniers. Ces deux communes étaient vraiment au coude à coude point de vue importance.

Les écoles et la poste.

La commune de Saint-Amandin disposait de trois écoles. Au bourg, un instituteur, Monsieur Amalric et une institutrice, Mme ou Melle Amblard. A Chassagny : une institutrice, Mme ou Melle Vialatte. A Laquairie, une institutrice, Mme ou Melle Papon. Il semblerait, d’après la présentation dans l’annuaire du Cantal, que M. Amalric était le directeur des trois écoles. Ou peut-être y avait-il une école avec un directeur et trois classes, une au bourg, une à Chassagny et une à Laquairie.

Saint-Amandin disposait d’un bureau de poste et d’un facteur-receveur, Monsieur Gérémie. Son service se limitait au courrier. La commune n’est pas dotée d’un télégraphe.

Les liaisons routières.

L’annuaire répertorie les services de voiture. Il s’agit probablement du transport du courrier et de voyageurs par voiture à cheval. Il s’agit du trajet « De Bort (gare) à Egliseneuve d’Entraygues ». Départ de Bort (gare) à 9 h., passage à Champs à 10 h., Saint-Amandin à 12h. 30, Condat 1 h. 15. Arrivée à Egliseneuve à 5h. 30.

Départ d’Egliseneuve 2h. 30, passage à Condat à 4 h., à St-Amandin à 5 h., à Champs 6 h. 30, à Bort 7 h. 30.

A l’aller, la vitesse de la voiture est de 7.2 Km/h entre Bort et Champs, tombe à 6.6 km/h entre Champs et Saint-Amandin (à cause de la pente de Coindre) pour atteindre 11.5 km/h entre Saint-Amandin et Condat où les pentes sont favorables. Entre Condat et Egliseneuve, la voiture met 4 heures 15 pour parcourir 13.5 km. Il est presque certain que le conducteur faisait une pause-déjeuner à Condat. D’ailleurs, au retour, la voiture met 1 heure 30 entre Egliseneuve et Condat, soit une moyenne de 9 km/h.

L’annuaire donne également les horaires de nombreuses liaisons par voiture entre diverses communes du Cantal. On peut se poser la question : pourquoi une liaison Bort-Egliseneuve d’Entraygues. Pourquoi pas une liaison Bort-Marcenat ou Allanche ? Peut-être Condat était-elle une plaque tournante vers la vallée de l’Allanche et de l’Alagnon et Egliseneuve une porte d’entrée vers le Puy de Dôme ?

La loi, le culte et la santé.

On apprend dans l’annuaire que M. Bernardon était le garde-champêtre de Saint-Amandin et M. Juillard, garde-forestier.

La commune n’était pas dotée d’une compagnie de sapeurs-pompiers. Les communes dotées les plus proches étaient Marchastel avec une compagnie de 15 hommes et Condat avec 40 hommes. Le chef-lieu de canton, Marcenat, possédait une compagnie de 25 hommes.

Le curé de Saint-Amandin était l’abbé Andraud aidé par l’abbé Rouel, vicaire. Ce dernier était également vicaire de la paroisse de Saint-Bonnet.

Les « docteurs en médecine » les plus proches étaient : Jules Delteil à Riom-ès-Montagnes, alors âgé de 47 ans ; Georges Mary à Riom, 53 ans ; Antoine ( ?) Audebal à Riom, 32 ans ; Jean-Baptiste Baduel à Condat, 52 ans. Ils avaient fait leurs études de médecine à Paris.

Il y a également à Riom deux sages-femmes de 1ère classe : Mmes Marie-Ph Cotte, native de Tulle, âgée de 31 ans et Catherine Génelier ; ainsi qu’une sage-femme de 2ème classe, Marie Ribes, âgée de 44 ans.

L’annuaire ne mentionne pas de médecin, ni de sage-femme à Condat, ce qui est un peu surprenant.

En ce qui concerne les pharmaciens : Jean-Baptise Serindat, Pharmacien de 1ère classe à Riom ; Balise Bizet, à Condat ; J.B. Boucheron, pharmacien de 2ème classe à Riom.

Commerçants, artisans et exploitants agricoles.

Les commerçants des communes sont répertoriés ainsi que les artisans et les exploitants-agricoles les plus importants. Pour Saint-Amandin :

Aubergistes : Suget, Péligry Alfred et Veuve Alibert au bourg ; Chalvignac J., Delfau à Chassagny ; Loubeyre, Peschaud à Lunesèche.

Marchands de bestiaux : Papon, Vessaire, Monteil.

Boucher : Salabelle.

Boulanger : Chauzeix, Goutay Benoît, Gauminard.

Café : Serre.

Cordonnier : Boucheron.

Charpentiers, Menuisiers : Gendre, Favory, Amblard.

Couturières : Mmes Bouvelot, Coupat, Serre, Geneix.

Couvreur : Dubois.

Drapiers, Epiciers, Merciers : Serre, Chalvignac, Rodde.

Epicier : Salabelle.

Forgeron : Mouix.

Maçon : Laurent, Couderc.

Meuniers : Bertrandias, Roux.

Modistes : Brunet, Giraud.

Sabotiers : Cor, Fradin.

Tabac : Ladevie.

Receveur-Buraliste : Ladevie.

Propriétaires et gros fermiers : Chaumeil, Roux à Chapsal ; Papon, Monteil et Crouzy à Bagil ; Chalvignac, Lemmet à Chassagny ; Charbonnel, Flagel, et Chavagnac à Vezol ; Fournier à Vezolet et Fournier à la Fougerie ; Rispal, Juillard et Vernet à Laquairie ; Durif à Saint-Amandin ; Rahon et Serre à Coindre ; Roux, Favory à Jointy ; Falgère-Boyer, Vincent et Baduel aux Manicaudies ; Serre et Malgat à Montagnat.

L’annuaire indique que la fête patronale de Saint-Amandin a lieu le 3 août.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site